LBU

Sommaire

LBU est un acronyme anglo-saxon qui correspond à « leveraged build-up ».

C’est une variante du « leveraged build-up » (opérations d'achat financées par recours aux crédits) consistant à racheter une première entreprise qui sert ensuite de planche d’appel lors de l'acquisition d'autres sociétés.

L’objectif le plus fréquent du LBU est de constituer un groupe atteignant une taille critique sur un secteur donné.

Du LBO au LBU

Un leveraged build-up  est une variante d’un LBO (leveraged buy-out). Il s’agit d’une technique de financement qui permet de procéder à l'acquisition d'une entreprise (société cible) grâce à un emprunt souscrit par une autre entreprise (société mère). Celle-ci, dont le capital peut sembler faible en proportion de l’opération projetée, s'endette, par exemple auprès d’une banque, à concurrence du coût d'acquisition de la société convoitée.

Par la suite, la dette est remboursée grâce aux flux financiers que la société cible achetée verse à la société mère. Ce sont ces cash-flows qui permettront d’assurer le service de la dette (paiement des intérêts + remboursement du capital) de la société mère.

On distingue plusieurs types de LBO. Les principales sont :

  • Le leverage management buy-out (LMBO) : ce sont des cadres dirigeants de l'entreprise rachetée qui la reprennent.
  • Le leverage buy-in (LBI) : les personnes rachetant l’entreprise lui sont extérieures.
  • Le buy-in Management buy-out (BIMBO) : la reprise brasse à la fois des cadres dirigeants de l'entreprise rachetée et des investisseurs extérieurs parmi les repreneurs.
  • Le leveraged build-up (LBU) : la reprise est le fait d’une société qui cherche à atteindre une taille critique sur son secteur d'activité via ce LBO.

Leveraged build-up : spécificités

Le leveraged build-up (LBU) est un LBO de développement. Son objectif principal est la croissance externe, c’est-à-dire l'acquisition de sociétés concurrentes ou complémentaires permettant à la société mère de changer de dimension.

En pratique, le LBU consiste à racheter une première entreprise. Elle sert ensuite de plateforme pour l'acquisition d'autres sociétés, afin de constituer un groupe, par effet de levier.

Les opérations se déroulent généralement comme suit :

  • Une première cible (launching pad) est acquise.
  • Une fois acquise, cette société cible achète d’autres entreprises, toujours en jouant sur l’effet de levier.
  • Une fois la masse critique atteinte, ces différentes sociétés sont fusionnées : elles constituent alors une entreprise de premier plan dont la taille est suffisante pour jouer un rôle pivot dans un secteur d’activité donné.
  • Cette taille critique permet à la société de peser sur son marché : la concentration de plusieurs entreprises opérant dans un même domaine (concentration verticale) permet de réaliser des économies d’échelle, par exemple grâce à une capacité de négociation accrue avec ses fournisseurs.
  • Selon les cas, le nouvel ensemble peut être conservé ou bien cédé avec une plus-value.

Bon à savoir : parmi les points négatifs du LBU, certains investisseurs mettent en avant le fait que la majorité des ressources financières de la société cible remonte vers la société mère au risque de ralentir son développement, faute de ressources suffisantes.

Ces pros peuvent vous aider