Financement création entreprise

Sommaire

Penser au financement pour créer son entreprise.

Pour assurer la pérennité de son entreprise, il est nécessaire de penser au financement de la création d'entreprise.

Bon à savoir : depuis la loi Pacte n° 2019-486 du 22 mai 2019 (article 4), le stage de préparation à l’installation est devenu facultatif. Le décret n° 2019-1272 du 2 décembre 2019 fixe les modalités selon lesquelles les chambres de métiers et de l'artisanat et les chambres de commerce et d'industrie sont tenues de proposer respectivement le stage de préparation à l'installation et le stage d'initiation à la gestion (fréquence, modalités, durée, attestation, prix).

Quel besoin de financement pour la création d'entreprise ?

Un entrepreneur doit calculer son besoin de financement, c'est-à-dire la trésorerie nécessaire au lancement de son entreprise.

Il doit ainsi calculer :

  • ce qu'il devra financer ;
  • les financements dont il pourra bénéficier.

Pour effectuer ce calcul, l'entrepreneur peut reprendre des éléments de son business plan, étape essentielle du projet de création d'entreprise.

Lire l'article

Financement création entreprise : pour quoi ?

À sa création, une entreprise ne permet pas de dégager de l'argent.

Il faut prévoir de quoi financer :

  • les frais de création ;
  • les frais d'installation : dépôt et cautions nécessaires, droit au bail ;
  • les investissements nécessaires : achat de matériel ;
  • les besoins en fonds de roulement (BFR) :
    • achat du stock nécessaire ;
    • combler les périodes avant la réception des premiers paiements, etc.

Différents types de financements création entreprise

Un créateur d'entreprise peut faire appel à différents types de financements :

À noter : en plus de ces différents types de financement, les créateurs ou repreneurs d'entreprise peuvent bénéficier d'une exonération de cotisations sociales (ACRE) depuis le 1er janvier 2019. Attention, le décret n° 2019-1215 du 20 décembre 2019 et l'article 274 de la loi de finances pour 2020 sont venus restreindre le bénéfice de l'ACRE à compter du 1er janvier 2020, avec des conditions restreintes d'éligibilité et une modification du montant et de la durée des exonérations accordées aux micro-entrepreneurs. 

Lire l'article

Ces pros peuvent vous aider